mercredi 26 août 2009

Jeune fille au chapeau de paille

.
Cette étude au crayon de couleur a été réalisée il y a bien longtemps, je l'ai retrouvée en fouillant dans mon carton à dessins.
.
.
Le modèle provient de l'excellent guide "Comment peindre avec des crayons de couleur" de José M. Parramon, collection Activités Artistiques des Editions Bordas.

*************

Pour celles qui se posent des questions sur l'auteur du texte faisant l'objet du billet précédent, si vous ne trouvez rien à son sujet sur internet, c'est parce qu'il s'agit d'une personne proche, et que j'ai simplement eu envie de le publier ici... J'en profite pour vous remercier chaleureusement pour vos commentaires, qui lui ont été transmis.
.

mercredi 19 août 2009

Monologue

.
Mais, Madame, ma femme vous savez elle a la peau très blanche, comme l'albâtre, blancheur céleste des bustes antiques.
.
Ses lèvres sont pourpre très intense, vous savez comme le pétale éclatant de la rose de nos jardins.
.
Ses cheveux dorés sont désordonnés, vous savez comme les blés quand ils quittent la plaine, lassés des chaleurs de l'été...
.
Son regard a des lueurs changeantes, très pénétrant, vous savez Madame, presque gênant avec des reflets d'un autre temps.
.
Et ses parents ? Ah oui, ses parents sont la mer et le vent, elle en a gardé le souffle élégant, mais aussi l'humeur des géants.
.
Et son nom ? Vous savez Madame, je ne sais pas bien, peut-être un nom très ancien ?
.
Vous savez Madame, on s'est rencontrés par hasard un jour que je me promenais de l'autre côté de mes illusions.
.
J'ai ressenti comme une grande caresse, vous savez très enveloppante : maternelle ? Je ne sais pas, ma mère ne m'a jamais caressé, enfin je ne m'en souviens pas.
.
Vous savez Madame, elle ne parle jamais; elle ne fait que me regarder, comme si j'étais important, enfin je veux dire comme si c'était important que "je sois", une fois, simplement.
.
Et sa maison ? Vous savez je n'en connais que le chemin, il serpente dans mes rêves à l'orée de mes nuits, jamais il ne mène au-delà de l'aurore.
.
Je ne peux la rejoindre qu'à l'obscurité quand mon corps s'est assoupi de ses obscurs instincts et quand mon âme assagie s'est affranchie de ses inutiles tourments.
.
Et vous l'aimez ? Ah ! Madame je ne sais pas ce que veut dire "aimer", vous savez je n'ai pas appris et pourtant je passe des heures à la regarder.
.
Alors vous savez Madame tout en moi s'ordonne, se calme et je deviens léger et indiscret comme la brise parfumée des soirs d'été.
.
Cette Femme, Madame, vous savez... mais je vous ennuie ? Vous m'aviez simplement demandé : "... votre femme ?, Monsieur... ". Excusez-moi Madame, mais ma femme elle est morte, je crois, il y a... très longtemps.
. .
Roger Cros


.

mardi 11 août 2009

Broderie blanche

.
Certaines brodeuses - dont je fais partie - aiment sauver de l'oubli les broderies anciennes, restées souvent rangées au fond des greniers pendant des années. Tout le monde n'étant pas sensible aux nombreuses heures passées à les réaliser, au soin et à l'amour apportés à ces ouvrages si minutieux, combien d'entre eux sont-ils passés à la poubelle, considérés comme chiffons sans intérêt lors de grands rangements et nettoyages ?

Lorsque je contemple une de ces broderies, je pense bien sûr à la brodeuse qui l'a réalisée. Qui était-elle ? Brodait-elle par plaisir, par goût, ou pour gagner sa vie ? Pour elle-même, pour sa famille, sur commande ? Toutes ces questions resteront sans réponse, mais je peux très bien l'imaginer penchée sur son ouvrage, entièrement absorbée par sa tâche...

J'ai nommé ce blog "L'Aiguille au Fil du Temps" en référence à mon importante collection de cartes postales anciennes ayant pour thème les brodeuses et brodeurs. Cette collection s'est élargie au fil des années, incluant les cartes sur la dentelle, les coiffes et costumes brodés, parfois le tricot, la couture, certains documents anciens relatifs à la broderie, ainsi que quelques pièces brodées. Ne pouvant hélas partager cette collection sur ce blog en raison des droits de reproduction peut-être encore en vigueur pour certaines images, je peux en revanche montrer les quelques broderies anciennes que je possède.

Voici donc la première d'entre elles (cliquez sur les photos) :


Il s'agit d'un napperon réalisé à partir de plusieurs broderies de coiffes assemblées avec habileté, ce dont témoigne également l'envers (je remercie Marie Suarez qui m'a aidée à identifier les dentelles, broderies et supports). Il est en très bon état, ne présentant que quelques détériorations minimes.


Certaines pièces sont réalisées avec plus d'habileté et de finesse que d'autres, mais toutes sont pour moi dignes d'intérêt. Celle-ci est une de mes préférées.


J'espère que vous aurez plaisir à découvrir ces témoignages du passé....

mardi 4 août 2009

L'oiseau et la chenille, fable campagnarde

.
L'avant-dernier oiseau de ma bannière est terminé, le voici :


Je vis dans un jardin extraordinaire, propice aux rencontres du 3ème type, et devant l'enthousiasme provoqué par ma belle limace du billet précédent, je ne résiste pas au plaisir de vous présenter la petite chenille qui a l'air de grandement apprécier la soie...

N'est-elle pas croquignolette avec son petit balai-brosse sur le dos et ses poils ébouriffés ?



Et comme nous sommes dans un jardin extraordinaire, la fable se termine bien, l'oiseau n'a pas mangé la petite chenille !

Chenille à houppes blanches (Orgyia leucostigma)..

Related Posts with Thumbnails